Jungle speed safari, un jeu d’observation et de rapidité pour toute la famille

TotemOn ne présente plus le célèbre jungle speed créé par Tom Vuarchex et Pierric Yakovenko en 1991. (Allez voir l’excellente vidéo de Tric Trac sur l’origine de ce jeu) C’est un des gros succès commerciaux de ces 10 dernières années. Le jeu a été décliné dans une dizaine de versions. La toute dernière est Jungle speed safari. Ce dernier a l’avantage d’être tourné vers un public familial jeune, ce qui n’est pas le cas des autres versions.

Jungle speed safari est un jeu familial pour 2 à 6 joueurs dès 5 ans pour des parties rapides de 15 à 30 minutes. Les illustrations sont faites par Ludovic Hell.

Qu’y a-t-il dans cette boîte ?
Jungle speed boite
La boîte est en carton léger car le but est de transporter le jeu dans son petit sac couleur girafe. On retrouve 5 totems de bois. Plus petits que ceux des autres versions. Ici, chaque totem est de couleur différente et possède en son sommet un joli picto “nourriture” (viande, fourmi, banane, feuille, poisson) et 42 cartes joliment décorées d’animaux plus ou moins énervés…Enfin, un livret de règles très bien illustré.

C’est pour qui ce jeu ?

Ce jeu est vraiment pour un public familial dès 5 ans. Il fonctionne vraiment très bien. Mais, on peut aussi le transformer sans problème en jeux d’ambiance pour adultes.

But du jeu : 

Avoir le plus de cartes possibles en fin de partie.

La préparation du jeu :

Mise en place du jeuOn dispose au centre de la table les 5 totems. Il faut que chaque joueur soit à même distance des totems. On distribue l’ensemble des cartes aux joueurs sans que ceux-ci ne puissent les voir. Chaque joueur dispose ses cartes faces cachées devant lui pour créer sa pile personnelle.

Voilà le jeu est prêt !

Comment joue-t-on ?

Une fois de plus, comme c’est le cas dans beaucoup de jeux d’ambiance, un critère particulier désigne le premier joueur (dans dweebies, c’est celui qui a le moins de cheveux, dans croa, c’est le joueur qui saute le plus loin) . Ici, c’est celui qui imite le mieux la banane qu’on épluche qui a l’avantage.

Chacun, à son tour, va retourner une carte de sa pile personnelle devant celle-ci (il formera ainsi sa pile de score). Attention, quand on retourne une carte, on doit la retourner de manière à ce que les autres joueurs voient la carte en premier.

Selon la carte retournée, on devra agir différemment :

  • Jungle speed animaux vertsS’il s’agit d’une carte “animal détendu” (le fond de la carte est vert pâle) aucun effet. Le joueur qui l’a retournée la garde dans sa pile score.
  • S’il s’agit d’une carte “animal énervé” (reconnaissable par leur fond orange et blanc !). Ici il faudra être rapide pour faire le cri et les gestes de l’animal concerné. Attention, une petite répétition avant la partie s’imposera pour se mettre d’accord sur les cris et gestes acceptables.

Le buffle : mettre ses doigts en l’air pour former les cornes en criant “MEUH..(Attention à ce que les cornes ne ressemblent pas à des oreilles de lapins. Cela pourrait être disqualifiant.)
Le crocodile : imiter sa gueule à l’aide des deux bras en hurlant clap clap.
L’éléphant : (le plus dur…) , utiliser les deux mains pour faire la trompe tout en barrissant.
Le gorille : se taper la poitrine avec un cri effrayant type King Kong
Le tigre : Utiliser ses deux mains telles les pattes du tigre en rugissant.Jungle speed animaux enerves

Celui qui a le moins bien réussi l’imitation ou qui a été le dernier à le faire perd une carte et la met au centre des totems. Il peut arriver qu’on ne puisse désigner de perdant. Alors, dans ce cas, il ne se passe rien.

  • S’il s’agit d’une carte “animal affamé” (le fond de la carte est bleu) il faut saisir le totem correspondant à la nourriture calmant la faim de l’animal
  •  le singe ↔ le totem banane

le pélican ↔ le totem poisson
le lion ↔ le totem viande
la girafe ↔le totem feuilles
le fourmilier ↔ le totem fourmijungle speed animaux bleus

Attention, on ne peut saisir qu’à une main le totem et on n’a pas le droit de changer de totem….Celui qui a pris le bon totem, remporte la carte et la met face visible sur sa pile score.

  • S’il s’agit de la carte “chasseur”, chacun doit protéger sa pile score en posant sa main dessus. Si le chasseur est plus rapide, il gagne la carte attaquée. Si tout est protégé avant qu’il n’arrive, rien ne se passe. Si malheureusement, il s’est auto protégé (c’est le symptôme du chasseur qui se tire une balle dans le pied  😆 ) la carte du chasseur est perdue et mise au milieu des totems.
  • S’il s’agit d’une carte caméléon, deux variantes sont possibles :
  1. on attrape le plus rapidement possible le totem de la couleur du caméléon. Le plus rapide gagne la carte.
  2. on touche un objet de la couleur du caméléon. Attention, ce ne peut pas être une pièce du jeu, on ne doit pas toucher un autre joueur et un même élément ne peut pas être touché par deux joueurs. Le dernier qui touche un objet, perd sa carte.

Une fois, l’effet appliqué, c’est le joueur suivant qui retourne la carte de sa pile personnelle.

Mais, quand gagne-t-on ?

Quand plus personne n’a de cartes dans sa pile personnelle, le jeu est fini. On compte alors les cartes de la pile score et celui qui a le plus de cartes a gagné.

Notre avis : Ce jeu a passionné les enfants comme les grands. C’est un peu un mélange de Gobb’it et de jungle speed. Les règles ne demandent beaucoup d’apprentissage. C’est sympa d’avoir des cartes sans effet (cela fait des petites pauses) et de mélanger les types d’effets (imitation, rapidité, …). Cela donne des petites pauses. Les parties sont courtes.  Le fait qu’il y ait 5 totems diminue l’aspect un peu “agressif” reproché à jungle speed. En outre, le format petit sac est vraiment un plus ! Si vous n’aimez pas les jeux de rapidité, ce jeu n’est pas pour vous. En revanche, pour tous les autres, vous prendrez un vrai plaisir en famille et entre amis.

 

 

Laisser un commentaire