Les jeux d’adresse : des jeux fondateurs

©Katman1972

©Katman1972

Les jeux d’adresse sont des jeux si diversifiés et tant appréciés par toutes les générations, qu’ils méritent qu’on s’y arrête un peu. Ce sont  essentiellement des jeux de lancers (mais pas que). Dans ces jeux, on retrouve à la fois des jeux de lancers de boules, de palets, des jeux de pichenettes. Mais on y classe aussi les jeux de croquets, de quilles, de ballons, de fléchettes. Bref, il y en a pour tous les goûts…
Et s’il fallait trouver un prétexte supplémentaire pour jouer à des jeux d’adresse : en plus de leur apport ludique indéniable, ils sont fondateurs du développement de l’enfant. Alors, ça serait vraiment dommage de s’en priver !

En 1968, dans l’ouvrage “jeux et sport”, Roger Caillois divise en 4 catégories les jeux et jouets selon les compétences auxquels ils font référence : la compétition (ou Agôn), la chance (ou Alea), le simulacre (ou Mimicry) et le vertige (ou llinx). Le jeu d’adresse se retrouve dans la catégorie jeu de compétition : les joueurs s’affrontent dans un combat où l’égalité des chances est artificiellement créée. Les qualités requises, pour ce type de jeu, sont : l’adresse, l’ingéniosité, la rapidité, … On considère que les jeux d’adresse favorisent le délassement en libérant notre énergie accumulée. La motivation du joueur est celle de vaincre, de gagner. Il y trouve en prime l’intérêt pour l’effort physique.  Sans donner trop dans les stéréotypes, les garçons seraient plus attirés par les jeux d’adresse, en particulier dès qu’il s’agit de jeux nécessitant dextérité et adresse musculaire. En outre, cette compétition induite par le jeu d’adresse, permet à l’enfant d’appréhender la notion de persévérance pour atteindre à son tour la victoire. Il cherche à progresser, à maîtriser le lancer, la technique. Enfin, il favorise le développement intellectuel : selon M Grand, dans des jeux de lancer “on ne se contente pas de donner un mouvement à un projectile (…) on essaie encore de viser juste et de maitriser sa trajectoire”. On découvre ainsi de manière empirique, les lois de la physique et de la mécanique.

Pour les mordus de jeux d’adresse, en voici trois originaux :

©bex

©bex

Le bowlix : Un jeu de quilles à jouer en plein air. La première équipe qui a atteint 30 points a gagné. Mais attention, pas plus…On dispose les quilles comme suit : 3 triangles de 3 petites quilles sur la même ligne et sur une ligne arrière la grande quille. Les petites quilles ont une valeur de 1 point chacune. Si 3 petites quilles d’un même groupe sont abattues d’un seul lancer, le gain est de 5 points. La grande quille vaut, elle, 5 points. Chaque équipe lance à son tour de jeu les 6 boules. Si, lors du tour, la grande quille n’est pas abattue, l’équipe a le droit à un lancer bonus. C’est au tour de la seconde équipe.

©Buitenspeel

©Buitenspeel

La cible géante : Dans ce jeu de lancer d’extérieur, on installe, en extérieur, une cible géante à plat sur la pelouse. Pour marquer les points, ce ne sont pas des fléchettes mais des disques qu’il faut lancer avec adresse, le plus près possible du centre.

©Buitenspeel

©Buitenspeel

Jeu de foot et de quilles : Dans ce jeu de football et de quilles, chacun a une quille de couleur qu’il doit protéger : elle ne doit pas tomber ! A l’aide d’une petite balle fournie, chacun essaie de prendre la maîtrise du jeu et de shooter la balle dans les quilles adverses.

Et rappelez-vous Aristote : “Il faut jouer pour devenir sérieux”

2 réflexions au sujet de « Les jeux d’adresse : des jeux fondateurs »

  1. Odile

    Bonjour Ludomus !
    Cela fait quelque temps que je voulais poster ce petit mot : j’ai vraiment plaisir à lire tous tes articles sur le jeux, j’y apprends à chaque fois et je profite des liens pour aller plus loin. C’est une belle mine de richesse qui ouvre bien sur ce que le jeu apporte en convivialité, lien social, lien intergénérationnel, construction de l’intelligence et plus…
    A poursuivre et à cultiver sans modération !
    Merci Ludomus !

Laisser un commentaire