Trajan ou l’art de l’influence sous l’empire romain

©Gigamic

©Gigamic

Cette semaine, zoom sur un petit bijou de jeu de société que nous classons dans la catégorie “familial +” . (c’est à dire à partir de 10 ans mais accessible même pour des joueurs non experts) : TRAJAN.
Trajan est un jeu de plateau où chacun tentera d’exercer son influence dans les domaines classiques de la Rome antique : le sénat, l’action militaire, la construction, … Et oui, rappelons-le (pour ceux qui l’auraient oublié 😉  ), Trajan, empereur romain de 98 à 117;  était considéré à sa mort comme le “optimus princeps” (le meilleur prince) : il a étendu son empire, mené une vague de grands travaux (le forum, les thermes,…) et une politique sociale.
Trajan est un jeu de l’allemand Stefan Feld, créateur de nombreux jeux comme Bruges, Amerigo, Rialto, … Les illustrations de Jo Hartwig révèlent un style très allemand.

Ce jeu, aux mécaniques assez simples et riches, est annoncé pour 2 à 4 joueurs et, à partir de 13 ans. Il est, sans nul doute, accessible dès 10 ans. Les nombreuses soirées jeux passées autour de cette boîte en attestent ! Il sera à réserver à des joueurs aimant les parties de 2 à 3 heures. La boîte annonce une durée d’une demi-heure par joueur. C’est vraiment un minimum. Il faut plutôt compter sur 3/4 heure-1 heure par joueur !

Qu’y a-t-il dans cette boîte ?

Le contenu de la boîte annonce la richesse du jeu :

©Ludomus

©Ludomus

  • un plateau de jeu retraçant les 6 zones d’influence. Le graphisme est sobre mais efficace. Chaque zone, par un jeu de couleur, indique les tuiles à placer.
  • Les tuiles ont des formes et couleurs différentes : tuiles trajan, tuiles forum, tuiles action supplémentaire, tuiles construction, marqueurs +2, tuiles demande, …
  • Un marqueur de temps. un sac
  • Chaque joueur reçoit un plateau individuel à sa couleur (bleu, vert, rouge ou brun) et 15 meeples. Ils représenteront selon le lieu où ils se situent des militaires ou des ouvriers.  Il reçoit également un chef militaire ainsi, que 2 marqueurs permettant d’indiquer les votes du Sénat et les points de victoire. Enfin, il recevra un arc de triomphe et 12 marqueurs octogonaux de 6 couleurs différentes.
  • Une règle du jeu complète et bien illustrée

Le matériel est de belle qualité : carton épais, pions en bois. Les plateaux sont didactiques : l’illustration des plateaux individuels et du plateau principal indique clairement par des jeux de couleur et de forme où placer les différentes pièces.

C’est pour qui ce jeu ?

Ce jeu est clairement un jeu prévu pour des joueurs prêts à passer 2-3 heures autour de la table, aimant la stratégie et les jeux avec interactions. Mais, c’est tout de même un jeu familial car les mécaniques de jeu sont simples et vite comprises ! I

But du jeu :

Le but du jeu est d’avoir le maximum de points de victoire. Pour ce faire, il faudra savoir saisir les bonnes opportunités d’action, savoir bloquer les autres joueurs. Bref, user de stratégie !

La préparation du jeu :

Prévoyez un petit quart d’heure pour la mise en place :

  • Sur les plateaux individuels, chaque joueur place son arc de triomphe sur la case I et affecte 2 marqueurs de n’importe quelle couleur dans chacune des 6 écuelles.
  • Sur le plateau principal, on installe, comme indiqué sur l’image ci-dessous, les différentes pièces. Celles qui ne sont pas placées, sont mises face cachée dans des pioches.
  • Chaque joueur met, en pile, son marqueur sur la case départ de la zone Sénat. Le pion du premier joueur est en bas, celui du dernier joueur le plus haut de la pile.
  • L’autre point marqueur est mis au départ de la zone points de victoire !
  • On pioche dans le sac de tuiles bonus qui sont placées sur leur zone réservée.
  • Les cartes marchandises sont mises en pioche et deux défausses de 1 carte chacune sont posées à côté. Chaque joueur choisit 3 cartes, soit en prenant dans la pioche, soit en prenant dans les défausses.
  • Enfin, chacun prend 3 cartes Trajan de catégories différentes et les place sur son Awalé individuel, dans les zones II, IV, VI.
  • ©éditeur Ammonit

    ©éditeur Ammonit

Le jeu peut enfin commencer !!!

Comment joue-t-on ?

On joue sur 4 trimestres. Chaque trimestre comporte 4 tours de jeu. Le tour de jeu dure le temps que le marqueur temps arrive au bout de la piste. Le marqueur temps bouge d’autant de cases qu’un joueur bouge ses marqueurs dans une écuelle. Ainsi, un joueur, qui utilise 6 marqueurs actions, fera avancer le marqueur temps de 6 cases.

La mécanique de la partie est très simple.

  • Chaque joueur joue, à son tour de jeu, de la façon suivante :

 

©éditeur Ammonit

©éditeur Ammonit

1 – Phase 1 : Marqueurs temps (Phase obligatoire ) : il choisit une de ses écuelles et en prend tous les marqueurs actions (on bougera alors le marqueur temps du nombre de marqueurs actions). Il distribue dans le sens horaire des écuelles un marqueur par écuelle. L’écuelle où le joueur pose le dernier marqueur action est l’écuelle cible.

 

©éditeur Ammonit

©éditeur Ammonit

2 – Phase 2 : Achever une action Trajan (Phase optionnelle) : Si une tuile Trajan se trouve à côté de l’écuelle cible et que l’écuelle cible contient, au moins les 2 couleurs indiquées sur la tuile trajan, le joueur la retire de son plateau, marque des points de victoire si elle en indique et réalise l’effet de la carte. Il est donc évident que la distribution de la phase 1 est très importante et permet d’anticiper des points de victoire éventuels !

 

©éditeur Ammonit

©éditeur Ammonit

3 – Phase 3 : Réaliser une action (Phase optionnelle) : Le joueur peut effectuer s’il le souhaite faire l’action indiquée par l’écuelle. Il y en a 6

L’action port : Elle permet soit de tirer des cartes marchandises, soit de les jouer et de remporter selon les combinaisons des points de victoire. Une action très rémunératrice.

L’action forum : elle permet de prendre une tuile présente sur la zone forum et de la mettre sur son plateau individuel.

L’action militaire : on envoie le chef militaire ou un légionnaire dans les régions. Ici, on remporte tantôt des points de victoire, tantôt ds cartes forum.

L’action trajan : permet de prendre une carte Trajan de son choix. C’est, certaines fois, bien utile, pour gagner, par exemple, des ressources pérennes. La carte est alors placée  à la place de l’arc de triomphe

L’action sénat : permet d’acquérir des votes. Le gagnant, à la fin du trimestre, pourra choisir sa carte Sénat. Celle-ci pourra être décisive en fin de partie et lui donner de nombreux points !

L’action construction : Ici, on envoie des pions ouvriers et on peut récolter des tuiles construction qui donnent des points de victoire, en particulier, en fin de partie si on a cumulé un nombre important du même matériau.

  • A la fin d’un tour de jeu, on découvre une tuile demande. En effet, le peuple romain a des besoins : du pain, des jeux ou de la religion.
  • A la fin du trimestre,
      • chaque joueur devra pouvoir répondre à la demande du peuple. Par exemple 2 tuiles religion et une tuile sont demandées. Le joueur peut y répondre soit par des tuiles Trajan permanente qu’il aura gagné soit par des tuiles forum gagnées et mises sur son plateau individuel. S’il ne peut répondre à la demande du peuple, il perd des points de victoire.
      • On regarde qui a le plus de voix au Sénat. Celui qui gagne choisit sa tuile bonus côté jaune. Le second gagnera l’autre côté gris c’est à dire un peu moins favorable.
  • A la fin du trimestre, on remet les votes Sénat à 0, on redistribue des cartes dans les emplacements vides et on remet de nouvelles cartes bonus !

Mais, quand gagne-t-on ?

La partie s’achève lors de la fin du 4 ème trimestre. On évalue le trimestre comme précédemment et on calcule les points de victoire complémentaires.

Les cartes marchandises, les ouvriers et légionnaires en camp rapportent des points de victoire. on regarde les set de 3 ou 4 tuiles constructions qui donnent eux-aussi des points de victoire. On calcule les points de bonus obtenus grâce aux cartes bonus.

Celui qui a le plus de points a gagné.

Notre avis : Trajan par la richesse de son matériel et des différentes combinaisons peut effrayer de prime abord des joueurs non avertis. Mais ,la simplicité des règles en fait un jeu qu’on adopte rapidement. Ici, hasard et stratégie se combinent dans un bon dosage : le score dépendra en partie des tuiles présentes mais aussi de la stratégie de chaque joueur.  L’interaction des autres joueurs est assez forte ! Le taux de rejouabilité est intéressant : on a l’impression de refaire, à chaque partie, une partie très différente de la précédente ! De plus, si on n’a pas 3 heures devant soit, on peut convenir de s’arrêter au bout de 2 ou 3 trimestres. Un petit reproche, il manque un récapitulatif des assignations de points de victoires finaux. Ce jeu a conquis des joueurs acharnés comme des joueurs plus ponctuels lors des soirées jeux. C’est très certainement un jeu qui mériterait une bonne place dans votre ludothèque !

Laisser un commentaire